FANDOM


Killzone est un jeu vidéo de de tir subjectif développé par Guerrilla Games et édité par Sony Computer Entertainment en novembre 2004 sur PlayStation 2.

Scénario Modifier

Le jeu est situé dans un monde de colonisation spatiale où l'empire Helghast s'est remis de sa défaite de la première guerre Helghaste et a lancé une guerre-éclair avec la 3e Armée Helghaste contre la colonie de l'ISA (Interplanetary Strategic Alliance), Vecta. Les plates-formes spatiales-défensives de Vecta (appelées aussi plates-formes SD) n'ayant pu attaquer les flottes à cause d'un problème technique, les Helghasts ont pu atterrir sur la planète et lancer leur assaut avec des milliers de soldats. Les soldats de l'ISA se retrouvent complètement débordés par les Helghasts en surnombre.

Les Helghasts sont des descendants des humains qui ont colonisé la planète Helghan il y a plusieurs générations. L'environnement hostile de la planète a forcé les Helghasts à s'adapter et à muter, si bien qu'ils ne peuvent plus vraiment être considérés comme des humains. Ils sont plus forts, plus rapides et moins sensibles que leurs homologues, et ont aussi développé une grande haine envers le peuple humain. À part pour un certain nombre de Helghasts ayant du sang humain et du sang Helghast, ils portent un masque à gaz qui leur permette de respirer l'air de leur planète d'origine. Le seul espoir de Vecta repose sur une équipe d'élite composée de quatre personnes.

Le joueur contrôle Jan Templar, un capitaine de l'ISA, en pleine invasion Helghast. Templar et son équipe sont rappelés à la base pour une nouvelle mission, et sont envoyés retrouver l'agent de terrain Hakha, une personne mi-humaine mi-Helghast, qui détient la clé permettant de réactiver les plates-formes de défense. Durant le jeu, le joueur est amené à prendre le contrôle de trois autres personnages : Luger, une Shadow Marshal spécialisée dans les opérations spéciales d'infiltration; Rico Velasquez, spécialiste des armes lourdes; Hakha, agent de terrain de l'ISA chargé d'infiltrer les lignes ennemies (il aura une relation houleuse avec Rico durant la grande partie du jeu).

Développement du jeu Modifier

Les Néerlandais de Guerrilla Games, anciennement connus sous le nom de Lost Boys Games, ont développé ce jeu et ont tapé dans l'œil de Sony. La compagnie a montré à Sony une démonstration d'un jeu de tir subjectif qu'ils étaient en train de développer pour PC. Sony fut impressionné par le jeu et a conclu un accord avec Guerrilla pour développer Killzone exclusivement pour la PlayStation 2. Sony a demandé à Joe Dever, écrivain renommé et ayant reçu plusieurs prix d'écriture, de développer le scénario et de participer au design du jeu.

Faire la programmation du PC à la PlayStation ne fut pas une tâche facile. Guerrilla a passé deux ans à apprendre les techniques de programmation quand ils étaient en phase de pré-production. En 2001, Killzone était prêt à être créé. Le public connaissait un peu Killzone, mais une information qui a filtré a permis au jeu de faire parler de lui. Une simple photo du jeu via une cassette vidéo a été postée dans un magazine de jeux vidéo anglais, et a sûrement fait son chemin sur internet depuis.

Quand Killzone a été officiellement annoncé, les attentes étaient énormes, et certains magazines le qualifiaient déjà de « Halo-killer », en pensant que le jeu allait pouvoir battre le jeu de tir subjectif de Microsoft, Halo: Combat Evolved, même si Guerrilla Games a insisté pour qu'on ne les mette pas en compétition directe avec Halo. À sa sortie, les rumeurs d'un mode coopératif en ligne et d'un support d'un disque dur se sont finalement révélées fausses.

Réactions Modifier

Le jeu a réellement commencé à faire parler de lui en juin 2003 quand des sites de jeux vidéo ont lancé des rumeurs et fait des previews sur le jeu. Beaucoup de fans de la console de Sony ont attendu un jeu à la hauteur du titre phare de Microsoft, Halo: Combat Evolved, sorti exclusivement sur la console Xbox. Halo a été un énorme succès, et fut d'ailleurs le titre le plus vendu sur cette plate-forme, ce qui a poussé les fans de la PlayStation 2 à clamer que Killzone était le « Halo Killer » (Tueur de Halo en français). Ce label fut intensifié vers la fin 2004 quand le magazine officiel PlayStation américain (OPM) a sorti un numéro avec un long article sur Killzone. On pouvait lire en titre de l'article : « Halo Killer ».

Les tests et critiques de Killzone dans les magazines ou sur les sites internet ont pointé de nombreux problèmes techniques comme une IA balbutiante, des bugs occasionnels provoquant des blocages du jeu, une mauvaise fluidité, des bugs graphiques ou sonores, une distance d'affichage réduite et un système de contrôles parfois hasardeux. À cause de ces problèmes, certains sites comme Gamespy ont jugé que Killzone n'était pas le « Halo Killer » espéré. Cependant, Killzone a été apprécié pour ses effets sonores, sa bande son et son ambiance de guerre très réaliste et prenante ; il a aussi été récompensé pour son design artistique unique.

Avec près de deux millions de jeux vendus, Killzone a été un succès commercial.[1] En 2005, le jeu est devenu un best-seller sur le marché européen, et en été, le jeu est passé dans la gamme Platinum, faisant chuter son prix de vente aux alentours des 20€.

Notes et références Modifier

  1. Latest News, Guerrila Games, consulté le 17 mai 2007

Liens externes Modifier

Liens média Modifier